Panier
Développer la recherche et la formation supérieure sur la biodiversité et la gestion des populations animales dans les Caraïbes

Notes du terrain: point de vue vétérinaire sur la pathologie et les maladies des coraux

jeu. 21 déc. 2017

Plongez avec un masque et tuba dans les eaux bleues de la mer des Caraïbes. Aussitôt, un nouveau monde s’ouvre à vous, celui-ci fourmille de vie autour de coraux mous et durs, constituant un magnifique paysage sous-marin. Admirer les coraux est une expérience merveilleuse, mais en connaître leur âge, comment ils se nourrissent et jouent un rôle crucial dans cet écosystème spectaculaire, donne une nouvelle perspective.

Malheureusement, les récifs coralliens sont menacés de disparition imminente. Ceci est probablement le résultat combiné du réchauffement planétaire, de l’eutrophisation, de la surpêche et d’une myriade de maladies pour lesquelles l’étiologie reste plutôt inconnue, la description des lésions grossières étant encore insuffisante et peu cohérente.

Des pathologistes vétérinaires de l’École de médecine vétérinaire de l’Université de Ross (RUSVM) parcourent régulièrement sur l’île de Saint-Christophe (St-Kitts) les récifs peu profonds dans le but de surveiller et décrire de manière systématique les lésions grossières de ces coraux.

Picture_progression_R307_horizontalPicture_progression_Ma359_horizontalPicture_progression_WH 368C_horizontal

Récemment (entre septembre 2016 et mai 2017), ils ont suivi la progression des lésions (active ou en repos) des principales espèces du récif, Orbicella annularis and Orbicella faveolata (Corail étoile massif). La prévalence moyenne d’un état maladif sur ces deux espèces était de 40% et différents types et progressions de lésions ont été identifiés. Les pathologistes ont détecté des changements pigmentaires tels que des bandes jaunes ou brunes entourant les zones de pertes de tissus, ressemblant à la Maladie des Bandes Jaunes. Un autre type de lésions spectaculaire se caractérise par des bandes annulaires d’un film noir recouvrant le tissu corallien et laissant à nu le squelette calcaire, blanc, du corail qui se meurt (cf. La Maladie des Bandes Noires). La progression de la perte tissulaire en est effrayante. De même, le blanchiment à la suite d’une expulsion totale des zooxanthelles (algues unicellulaires) par les coraux, probablement face à du stress physique (par ex. la température élevée de la mer), affecte également la santé des récifs coralliens. Ce phénomène est répandu à l’échelle mondiale, et les récifs de St-Kitts ne sont malheureusement pas une exception, surtout ceux peu profonds de la côte ouest de l’île.

Dans l’ensemble, la recherche exploratoire pourrait catégoriser sept types de lésions grossières et leurs progressions. Actuellement, cette étude est suivie par des examens histopathologiques détaillés et une approche interdisciplinaire pour identifier les potentiels agents étiologiques des maladies de ces coraux sur les récifs peu profonds de St-Kitts. Nous devons veiller à protéger ce que nous avons et à restaurer ce que nous pouvons. A ce stade, il est précieux de rattraper le retard qui existe dans la connaissance des maladies des coraux pour évaluer les causes de leur déclin et anticiper au plus tôt les actions de conservation.

Elize Dorrestein, DVM
Anne A.M.J. Becker, DVM, Msc, PhD
Ross University School of Veterinary Medecine (RUSVM)

Superviseurs:
Michelle Dennis, DVM, PhD, DACVP
Associate Professor of Anatomic Pathology
Saundra Sample, DVM, DACVP
Assistant Professor Clinical Pathology

Restez informés
Colibri Antilles

Inscrivez-vous à C@ribaea’News pour vous tenir informé de l’actualité de Caribaea Initiative.

Je m'inscris !

Votre adresse email ne sera pas échangée avec des tiers. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en un seul clic.

Dernières actualités