Panier
Développer la recherche et la formation supérieure sur la biodiversité et la gestion des populations animales dans les Caraïbes

Un lézard cubain sous surveillance

jeu. 21 déc. 2017

Suite à la modification des habitats naturels par l’action de l’homme, on retrouve en ville des espèces autochtones habituées au grand air. Comment ces espèces réussissent à survivre en ville, dans des conditions aussi radicalement différentes de leur habitat naturel ? Afin d’apporter des évidences qui pourraient aider à répondre à cette question, nous avons choisi de travailler sur un petit lézard endémique de Cuba que l’on retrouve facilement en ville, Anolis homolechis. Le projet d’étude s’intitule « Populations urbaines d’un lézard endémique de Cuba, Anolis homolechis : Comment se maintiennent-elles ? ».

Nous proposons trois hypothèses alternatives qui pourraient expliquer le maintien des populations en milieu urbain :

1) Au moment de l’urbanisation, l’espèce habitait déjà les zones aujourd’hui urbanisées et s’est adaptée à la vie en ville,

2) l’espèce ne s’est pas adaptée à la ville, cependant elle se maintient par le flux de migrants depuis les zones rurales limitrophes,

3) l’espèce était pré adaptée à la vie en ville avant l’urbanisation.

N2 Nov2017_Article Annabelle Vidal_P3

Afin de savoir laquelle de ces hypothèses est la bonne, nous allons marquer et suivre des individus en ville et des individus en forêt au cours de leur vie. Ainsi nous allons collecter des informations sur leur taille, poids, sexe, classe d’âge et estimer les paramètres démographiques qui pourraient diverger selon le type d’habitat. Nous vérifierons également si les individus des villes ont un comportement différent des individus en forêt qui leur permettraient de s’adapter aux conditions de la ville. Des analyses de l’ADN vont nous permettre de savoir si les populations migrent.

Après prospection de plusieurs sites, nous avons choisi deux villes et deux réserves naturelles de l’Ouest de Cuba. Nous avons formé une équipe de travail incluant du personnel de l’Institut d’Écologie et de Systématique de La Havane, et démarré les 2 premiers essais du protocole de terrain. Ses essais nous ont permis de mettre à l’épreuve le protocole, et ainsi faire les ajustements nécessaires à la poursuite du projet. Des échantillons ont été prélevés en bout de queue sur des individus capturés, permettant de réaliser les analyses ADN prévues.

N2 Nov2017_Article Annabelle Vidal_Lezard P4

Nous avons initié courant octobre les suivis sur les deux types d’habitat, avec le matériel de marquage récemment reçu. La collecte d’échantillons d’ADN sera prochainement complétée. Enfin, deux étudiants de master vont commencer un stage respectivement sur les variations du comportement face aux prédateurs et sur le régime alimentaire de l’espèce, en ville et en forêt, dans le cadre de ce projet. Dans les mois à venir, le travail sur le terrain aura bien avancé et nous pourrons communiquer sur les premiers résultats.

Annabelle Vidal

Etudiante en thèse

Instituto de Ecología y Sistemática, CUBA

Centre d’Écologie Fonctionnelle et Évolutive, FRANCE

Restez informés
Colibri Antilles

Inscrivez-vous à C@ribaea’News pour vous tenir informé de l’actualité de Caribaea Initiative.

Je m'inscris !

Votre adresse email ne sera pas échangée avec des tiers. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en un seul clic.

Dernières actualités