Panier
Développer la recherche et la formation supérieure sur la biodiversité et la gestion des populations animales dans les Caraïbes

Des tourterelles sous haute surveillance

mer. 11 janv. 2017

Sur la côte ouest de la Barbade, les tourterelles se pavanent avec la bague au pied. Non pas qu’elles soient particulièrement coquettes ; ces attributs sont en fait les témoins d’une étude de grande ampleur centrée sur cette population d’oiseaux tropicaux.

Depuis 2007, plusieurs chercheurs se relaient sur le terrain chaque printemps et chaque automne, presque quotidiennement, pour étudier une espèce aviaire endémique de la Caraïbe, la tourterelle à queue carrée, Zenaida aurita. Des centaines d’oiseaux ont ainsi été capturés, mesurés, et se sont vus décerner une combinaison de bagues de différentes couleurs avant d’être relâchés, non sans avoir abandonné quelques gouttes de sang. Ce prélèvement est indispensable pour discerner les mâles et les femelles chez cette espèce qui ne présente presque pas de dimorphisme sexuel, et sert également à déterminer la richesse génétique des individus, ou hétérozygotie.

De nombreux résultats ont déjà émergé de cette vaste étude. Par exemple, elle a permis de dévoiler que la taille corporelle des individus influence leur mode de vie, territorial ou non, ou encore que cette taille aussi bien que la richesse génétique des individus jouent un rôle dans la formation des couples.

Dans la dernière étude en date, l’équipe s’est penchée sur cette fameuse hétérozygotie. Pour cela, près de 400 individus ont vu leur génotype décortiqué à 11 endroits différents, témoins de cette richesse génétique, que l’on appelle des marqueurs microsatellites. En croisant toutes les observations recensées de ces individus après leur baguage, les chercheurs ont pu estimer leur probabilité de survie. Résultat : plus la richesse génétique d’un individu est élevée, plus sa probabilité de survivre d’une année sur l’autre est élevée, et, donc, plus forte est son espérance de vie, avec une différence qui se compte en années. Bien que l’effet positif de la richesse génétique soit déjà connu chez quelques autres espèces, cette étude est la première à mettre le phénomène en évidence chez une espèce endémique des Caraïbes.

Sophie Labaude

Référence:
Cézilly, F., Quinard, A., Motreuil, S. & Pradel, R. 2015. Adult survival selection in relation to multilocus heterozygosity and body size in a tropical bird species, the Zenaida dove, Zenaida aurita. Oecologia, 180, 127-136.

Restez informés
Colibri Antilles

Inscrivez-vous à C@ribaea’News pour vous tenir informé de l’actualité de Caribaea Initiative.

Je m'inscris !

Votre adresse email ne sera pas échangée avec des tiers. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en un seul clic.

Dernières actualités